du partage de la culture ...                      
... à la culture du partage

« Du dedans et les yeux presque fermés » : Quelques réflexions sur un art poétique dans le Voyage de Céline (♫)

17 septembre 2015

20h / place d’Italie / par Marie-Anne Charbonnier

 

La seconde épigraphe de Voyage au bout de la nuit s’achève sur ces mots énigmatiques: « et puis d’abord tout le monde peut en faire autant. Il suffit de fermer les yeux. C’est de l’autre côté de la vie. » Alors que le roman est très avancé, une phrase très semblable apparaît :  » Du dedans et les yeux presque fermés ». Le rapprochement de ces deux phrases incite à lire le roman de Céline moins comme on l’a longtemps considéré – c’est-à-dire comme un roman réaliste, voire naturaliste un peu attardé dans le premier tiers du XXème siècle – que comme le récit de la vision intérieure et hallucinée d’un homme descendu aux enfers et qui n’en serait pas remonté.

 

Agrégée de lettres classiques, Marie-Anne Charbonnier est professeur de chaire supérieure au lycée Henri-IV où elle a enseigné la littérature en classe de khâgne.

Réécouter cette conférence

LireLire