Soirées à venir



Samedi 24 février (18h) - Le capital que je ne suis pas

Conférence proposée par Gaël Giraud et Anne Alombert

 

Face aux bouleversements induits par les plateformes numériques et ladite « intelligence artificielle », un avenir vraiment humain est-il encore envisageable ? Et comment le mettre en œuvre dans un monde au bord de la guerre, menacé par les désastres écologiques et l’instabilité financière ? 

Pour tenter d’apporter une  réponse complète, il faut adopter un triple point de vue : philosophique, économique et théologique

 

Gaël Giraud, docteur en mathématiques et en  théologie,  est directeur de recherche au CNRS, ancien économiste en chef de l'AFD, fondateur et directeur du programme de justice environnementale de l’Université de Georgetown et président de l’Institut Rousseau. 

 

Ancienne élève de l’ENS, Anne Alombert est agrégée de philosophie, maître de conférence en philosophie à Paris 8, autrice de Schizophrénie numérique et Penser l’humain et la technique. Membre du Conseil National du Numérique.

 

Leur prochain livre :  Le Capital que je ne suis pas (co-écrit avec Anne Alombert) sort le 6 mars chez Fayard.


Dimanche 10 mars (11h) - Qu’est-ce que la Vérité ?

Conférence proposée par Bertrand Vergely

 

Il y a  une pensée qui veut se débarrasser de la vérité. Elle serait un modèle que l’on veut imposer. C’est oublier qu’elle est le seul recours que nous ayons pour lutter contre le mensonge. 

En outre, la vérité est aussi la pensée la plus réjouissante qui soit à travers la révélation.

 

Bertrand VERGELY, philosophe et théologien français, ancien enseignant (Sciences Po Paris et  Classes Préparatoires), professeur à l’Institut orthodoxe Saint-Serge, est l’auteur de nombreux ouvrages, dont le dernier : La Puissance de l'âme, sortir vivant des émotions (Trédaniel, 2023).


Samedi 16 mars (18h) - La Mort aux trousses

Visionnage puis conférence proposée par Elio Suhamy

 

Quand on demanda à Hitchcock de réaliser le premier James Bond, Dr Nô, il répondit :”J’ai déjà tourné un James Bond, il s’appelle La Mort aux trousses.”

Divertissement ultra-maîtrisé, spectaculaire et inventif, le film est un condensé de l’humour hitchcockien et aligne les scènes de bravoure. Le conférencier se fera un plaisir de vous expliquer ce qu’est un hareng rouge…

 

Ancien élève de la FEMIS, Elio Suhamy, a réalisé des documentaires pour Arte et France TV et participé à une trentaine de films. Il enseigne la réalisation et l’écriture de scénarios à l’Université de Paris IV Sorbonne et à la FEMIS.


Samedi 6 avril (18h) - Orange mécanique 

Reporté, une date sera communiquée plus tard 

Visionnage puis conférence proposée par Elio Suhamy

 

Film célèbre que peu de gens ont vu, film dérangeant, indispensable, film malaisant, à la fois violent et esthétique. 

Kubrick s'amuse à lancer des questions qui irriguent tout le cinéma moderne : peut-on tout montrer au cinéma ? Peut-on soigner les criminels ? Qu'est-ce que la perversité ?

Une chose est certaine. Vous n'écouterez plus Beethoven de la même façon.

 

Ancien élève de la FEMIS, Elio Suhamy, a réalisé des documentaires pour Arte et France TV et participé à une trentaine de films. Il enseigne la réalisation et l’écriture de scénarios à l’Université de Paris IV Sorbonne et à la FEMIS.


Samedi 27 avril (18h) - La démythification du rêve américain à travers Hopper, Cendrars et Céline

Conférence proposée David Ravet

 

Au début du XXème siècle, New York devient une capitale culturelle qui inspire autant les peintres américains d'avant-garde que les poètes et romanciers français. Leurs œuvres représentent la ville moderne, en dénonçant déjà les mythes du rêve américain. Quels procédés picturaux et littéraires montrent cette démythification ? Les dénonciations qu'ils impliquent font-elles écho à l'actualité ? 

 

Docteur ès Lettres, David Ravet a enseigné à l'Université à Paris  (Sorbonne),  Budapest, Vilnius, Pékin et Moscou. Il fut aussi chargé de programmation culturelle et conférencier pour des Instituts Français à l'étranger. Grand voyageur, il a publié À l'encre de Chine, (Passages, 2020), et Le Château des regards, (Traverses, 2023).


Un mot d’actualité

Nous voici donc en Normandie !

 

 A tous les Normands (de souche ou non …) venus aux premières soirées, merci : vous nous recevez avec un enthousiasme qui nous donne des ailes ! 

 

 A nos anciens fidèles : depuis plusieurs années, notre préparions ce lieu pour vous accueillir... Ce n’est pas Paris, mais nous mettrons l’essentiel de nos propositions le week-end, avec le bon espoir que certains d’entre vous y verront l’occasion d’une petite escapade « au vert »…

 

 Voici quelques réponses à vos questions : 

 

Où est-ce ? 

 

 A Hardencourt-Cocherel, petit village de la vallée de l’Eure, à une heure de l'ouest parisien : Autoroute A13 (sortie 16)

 

Mais encore… ?

 

 Les événements de Passerelles sont prévus au « Cinéma », une ancienne grange susceptible d’accueillir jusqu’à 40 personnes, dans un grand jardin familial. Le Cinéma est entouré de plusieurs maisons, dont un four à pain, en cours de restauration pour devenir une cuisine, tout en gardant sa fonction première.. Une salle doit être aménagée dans un autre bâtiment pour nous restaurer plus confortablement en hiver. Les jours plus chauds, nous profiterons de la cour-jardin.

 

Quel est notre projet ?

 

 Pour l’instant,  poursuivre ce que Passerelles a fait à Paris pendant plus de 10 ans : 

 

  • Créer des évènements (conférences, spectacles, concerts etc.) : Outre les conférences, qui représentent la majeure partie de nos événements, nous avons eu des concerts, des spectacles, un atelier d’œnologie, du yoga, des « soirées du bout du monde »… A Hardencourt, tout est à réinventer !
  • Pour un public restreint (40-45 pers. max.) mais hétérogène en âges et en milieux socio-culturels : Nous avons toujours eu beaucoup d’étudiants … Nous espérons continuer et pensons à développer des propositions spécifiquement pour eux.
  • Autour d’intervenants ou d’artistes choisis pour leur haute compétence et leur désir de transmission : Les intervenants choisis n’obtiendront pas toujours le consensus. C’est voulu : nous voulons créer de vrais débats…entre personnes qui s’écoutent et se respectent.
  • En proposant toujours d’accompagner ces nourritures de l’esprit et du cœur par quelques plats-maison salés et sucrés : L’expérience nous a appris qu’il était plus simple que nous préparions tout nous-mêmes. En revanche, toute aide est la bienvenue : la veille pour cuisiner ; le matin pour arranger les lieux ou au moment de la soirée pour aider au service ! 

 En projet :  Recevoir des séminaires, des groupes (nous pouvons héberger 10-12 pers.) pour des événements divers.